Remise en cause de la semaine de 4 jours et demi : où est l’intérêt des enfants ?

Si ce n’est à céder à la pression, pour quelle autre raison le Ministre de l’éducation nationale a-t-il pu décider de laisser le libre choix aux communes de décider ou non de revenir sur la réforme des rythmes scolaires qui vient tout juste d’être mise en place ? En menaçant de couper les financements compensatoires, l’État a ouvert la possibilité d’une remise en cause… mais pas pour les bonnes raisons !

L’intérêt de l’enfant, gommé au bénéfice de logiques financières

Selon l’Association des Maires de France, 43% des communes ont décidé de revenir à la semaine de 4 jours au détriment de toutes les études qui montrent toutes l’importance d’avoir 5 matinées d’enseignement.  Pourquoi ? Mais parce qu’au lieu de faire des choix politiques (et de privilégier l’éducation comme politique prioritaire), les municipalités font le choix simpliste des finances. En d’autres termes, les Maires privilégient la gestion financière à l’intérêt des enfants qui demeurent la dernière de leur préoccupation. Et si on remettait l’enfant  au cœur de la réforme ? Si on privilégiait son savoir, son savoir-être, son savoir-faire ainsi que sa curiosité, sa culture, son ouverture au Monde, sa citoyenneté ? Lire la suite

Publicités

Le Maire de Sainte Luce quitte « Les Républicains » pour mieux préparer les élections !

Dans un article de presse, Jean-Guy Alix, Maire de Sainte Luce sur Loire, annonce quitter le parti « Les Républicains » suite à la décision de Bruno Retailleau de démissionner de son poste de Président du Conseil régional. Un joli coup de comm’ savamment orchestré.
Dans un article paru aujourd’hui, le Maire de Sainte Luce décide de claquer la porte des Républicains. Ce choix est compréhensible tant la décision de Bruno Retailleau est inexplicable compte-tenu du poids qu’ont les Régions aujourd’hui. Pourtant, Monsieur Alix aurait mieux fait d’y penser avant, au lieu de lui remettre, en grande pompe, la médaille de la Ville pendant les élections régionales !

Lire la suite

Externaliser à tout va… mais à quel prix ?

Le sujet est désormais devenu récurent. A chaque conseil municipal, le maire nous sort de son chapeau une nouvelle externalisation des services publics. Mais à quoi bon externaliser les services lorsque cela fonctionne ? On pourrait penser que c’est utile pour diminuer les charges de personnel… mais cela ne se vérifie même pas. Pire, le maire revendique le fait que ce n’a aucun impact budgétaire !

  • Un artifice financier

Lorsque le Maire a décidé de faire une délégation de service public pour la gestion du multi-accueil Félix Tessier, nous ne nous y sommes pas opposés. Le Maire, à l’époque, avait des arguments : cela va permettre de simplifier la gestion de ce nouveau service, très coûteux pour les finances communales. En revanche, nous avons commencé à émettre des doutes lorsque le Maire a voulu externaliser la gestion du marché. Ce n’est pas le montant qui était en cause, mais bien le principe : permettre à une entreprise extérieure de décider elle-même de ce qui est bien pour le marché ne nous paraissait pas acceptable. Lire la suite

Sainte Luce : une autre politique culturelle est possible !

louise240912On a connu la fin des guinguettes puis celle du festival d’art de rue « Court bouillon ». Voici maintenant venu le sacrifice des conférences d’histoire de l’art. Encore une décision « Made by Jean-Guy Alix » dont personne ne comprend la raison. Nous avons tout d’abord pensé qu’il s’agissait d’une décision budgétaire, dans la mesure où « le cabaret des savoirs » était proposé gratuitement au public.

Puis nous avons compris que les conférences ne plaisaient tout simplement pas à monsieur le Maire. En effet, après avoir refusé la salle au groupe « Excès d’Zèle » (sous prétexte que le spectacle n’était pas convenable et ne respectait pas le public), il n’y avait rien de surprenant à ce qu’il supprime les remarquables rencontres avec Louise Robin. Lire la suite

A mi-mandat, les fausses promesses de Jean-Guy Alix apparaissent au grand jour

sainte-luce-sur-loire_mairieMars 2014 – février 2017. Depuis trois ans, l’équipe de Jean-Guy Alix est aux manettes de la commune. A mi-mandat, nous pouvons déjà dresser un premier bilan de la réalité des finances de la commune. C’est ce que j’ai déclaré lors du dernier Conseil municipal sur le budget 2017.
Il y a 3 ans, on nous promettait du sang et des larmes. La situation de la commune était catastrophique, voire apocalyptique. La gauche, passée dans l’opposition, avait plongé la ville dans une situation de quasi-banqueroute. Etc… inutile d’aller plus loin, vous vous souvenez tous des propos parfois ahurissants tenus par le Maire, essayant de nous enfoncer la tête dans le sable. Lire la suite

En 2017, une année remplie de projets !

cc_cb_160029C’est parti pour le mois du marathon de la bonne année ! Pendant plusieurs semaines, nous allons adresser nos vœux à nos amis ainsi qu’à celles et ceux que nous croisons tout au long du mois de janvier (et jusqu’à la dernière minute !). Pour ma part, je vous adresse tous mes vœux pour cette nouvelle année. 2017 sera une année politique dense et importante : il y aura deux élections nationales (les Présidentielles, puis les Législatives). Nous n’avons pas le droit à l’erreur, et pour connaitre de près, au Conseil régional, ce qu’est la droite de F. FILLON, je sais ce qu’est la différence entre la droite et la gauche.
La Gauche doit être au rendez-vous, se renouveler, inventer de nouveaux modèles sans renier le bilan positif de ce qu’a mené François Hollande, pour lequel je suis convaincu que nous verrons, dans les prochaines années, les effets de sa politique. C’est donc le premier défi à réussir. Pour ma part, dans la perspective des primaires citoyennes, je reste dans l’attente de lire ce que les candidats ont à proposer, sans oublier que nous n’élisons pas le futur premier secrétaire du parti socialiste, mais bien le futur Président de la République. Concernant les Législatives, je serai aux côtés de notre Député Michel Ménard, candidat à sa réélection, qui est depuis 2007 un excellent Député de terrain qui défend, avec abnégation, son territoire et ses convictions à l’Assemblée nationale. Lire la suite

Avec la droite municipale, la précarité pour tous !

15541004_690315927796100_9012656824483113859_o
Article de Ouest-France

En introduction du Conseil municipal, le Maire de Sainte Luce a dressé un portrait idyllique de la situation financière de la ville et des projets. L’enthousiasme était touchant, comme l’a indiqué mon collègue Alain Lizé, non sans humour.

Pourtant, notre lecture n’est pas si élogieuse que cela. Certes, plusieurs indicateurs sont positifs, nous ne le nions pas, mais il ne suffit pas de gérer, il faut aussi avoir un projet politique qui prenne en compte les besoins des lucéens et permet à la ville d’aller de l’avant. Ainsi, toute la politique de Jean-Guy Alix se traduit dans sa volonté de baisser la masse salariale. On peut comprendre cette préoccupation, mais encore faut-il que cela se fasse sans dégât humain et sans détérioration du service public. Malheureusement, ces deux conditions ne sont pas réunies et plusieurs services souffrent du manque de moyens qu’ils peuvent avoir. Le maire a d’ailleurs fait un aveu de faiblesse en reconnaissant que son projet d’origine demandait un effort trop important et infaisable, nous l’avions d’ailleurs indiqué, sans trouver d’écho à cette préoccupation. Mais ce qui nous inquiète davantage, c’est la précarisation des services municipaux. En effet, en 2017, ce seront 8 postes de titulaires qui seront supprimés alors que 20 postes d’agents non-titulaires seront créés. Tout cela, quelques mois après avoir supprimé les emplois aidés… C’est bien la précarité pour tous qui se prépare !

 

 

Première réunion publique à Sainte Luce : les jeunes, au cœur de nos préoccupations

img_6267Pour une première, c’était plutôt une réussite ! Le mardi 15 novembre, l’association EVEIL qui soutient le groupe d’opposition « Une énergie nouvelle », organisait sa première réunion publique. L’objectif était simple : il s’agissait de réunir des personnes de divers horizons pour échanger et débattre sur un thème qui correspond à un enjeu majeur des prochaines années à Sainte Luce. Cette année, le thème choisi est celui des jeunesses. En présence d’un éducateur spécialisé, d’un directeur d’une structure d’accueil d’enfants, d’un élu local et d’un président d’une fédération d’éducation populaire, nous avons dressé le portrait d’une jeunesse bien présente à Sainte Luce et esquissé des pistes de travail. Lire la suite

La première lettre d’information d’EVEIL est sortie !

la-lettre-d-eveil-oct-2016-1-page-001Chers amis,

Cela faisait quelques semaines que nous la préparions, elle est enfin sortie dans toutes les boites aux lettres des lucéens. Quelques mois après avoir réussi notre bilan de mandat, nous avons souhaité publier une lettre aux lucéens, pour faire connaitre nos positions, nos coups de gueule et également engager le débat sur différents sujets. Pour cette première lettre, nous avons souhaité parlé de l’éducation à travers la rentrée scolaire ratée. Nous avons également décidé d’explorer le thème des jeunesses à Sainte Luce. Ce thème est assez peu exploité de la majorité : nous souhaitons pouvoir faire des propositions utiles pour cette grande cause sous-estimée : comment accompagner les jeunes à Sainte Luce ? Quel projet de développement social ? etc

Je vous donne rendez-vous le 15 novembre à 20h30 salle Dagorne pour échanger avec des professionnels et des élus locaux.

Télécharger la première lettre d’information d’EVEIL

Retrouvez l’actualité des élus « Une énergie nouvelle » sur Facebook

La démocratie participative à Sainte Luce doit devenir une réalité (et non un étendard !)

democratieLe Conseil municipal de rentrée était creux ce soir. On aurait pu pourtant penser, à mi-mandat, que l’actualité donnerait lieu à davantage de projets à partager, mais non. Alors pour combler le vide sidéral de cette séance, le maire a introduit un rapport sur la démocratie participative qui nous a vivement fait réagir. Pour le Maire, la démocratie et la concertation ne doit pas aller à l’encontre de la démocratie représentative. En d’autres termes, on donne des infos, on explique, mais on ne cherche pas à recueillir les propositions des lucéens. Quel regret nous avons d’en être arrivés là ! En bref : de la comm’ et de la désinformation ! Lire la suite